• Le principal trait de mon caractère : le perfectionnisme, la folie douce, et l'incapacité à répondre simplement à des questionnaires de ce genre.
  • La qualité que je désire chez un homme : l'esprit (autrement dit, la capacité à passer du bon temps sans pour cela devoir se saoûler la gueule à la Kro, regarder le sport à la télé vautré sur le canap', taper à dix contre un sur un métèque, siffler les filles dans la rue ou passer la nuit sur un jeu vidéo).
  • La qualité que je désire chez une femme : la non-poufitude (autrement dit, une pincée d'intelligence, un brin de détachement, une bonne dose de respect de soi, et la faculté d'obtenir ce que l'on désire sans jouer de ses hanches).
  • Ce que j'apprécie le plus chez mes amis : ben qu'ils soient mes amis, espèce de tanche, nan mais ze te zure, quoi, les gens, des fois.
  • Mon principal défaut : le perfectionnisme, et ne pas savoir finir mes phrases (ni orthographier « perfectionnisme »).
  • Mon occupation préférée : raconter des bâtises.
  • Mon rêve de bonheur : une division dans Z^n, des ordinateurs qui calculent en précision exacte, pas d'advancement to candidacy[1] pour mon doctorat.
  • Quel serait mon plus grand malheur ? : parlez pas de malheur, ma bonne Germaine.
  • Ce que je voudrais être : une petite fée virevoltant, gaie et insouciante, au gré des brises légères et des battements d'ailes des papillons. Ou un schtroumpf, au choix.
  • Le pays où je désirerais vivre : un pays avec beaucoup de soleil, une activité universitaire intense, plein de musées, de théâtres, de cinémas, de salles de concert, facilement accessible depuis Paris, dont je parle la langue, et pas trop abject politiquement parlant (ce qui dans un monde idéal viendrait en premier, mais comment dire, mundo di mierda quoi). Et non je ne parle pas italien (giusto un poco).
  • La couleur que je préfère : le chamois mordoré (et je ne sais même pas ce que mordoré veut dire (d'ailleurs je ne suis pas sûre que chamois soit une couleur)). Ouais bon d'accord en vrai le bleu-gris, mais faut pas croire que je vais m'extasier sur la moindre mocheté pourvu qu'elle soit de cette couleur ni que je crache sur le reste, je ne suis plus une adolescente.
  • La fleur que j'aime : les violettes et les orchidées. Oui j'ai une gamme de goûts assez impressionante, je sais.
  • L'oiseau que je préfère : ah non mais ça va pas recommencer avec les piafs là. Vous l'aurez cherché si je réponds l'oiseau-lyre, hein.
  • Mes auteurs favoris en prose : rha mais j'en ai marre de faire du favoritisme... et puis Christiane Rochefort, tiens.
  • Mes poètes préférés : au vu de la réponse à l'anté-précédente question (oui j'invente des mots et alors ?), on va dire Prévert.
  • Mes héros dans la fiction : Holden Caulfield et les détectives de polars.
  • Mes héroïnes favorites dans la fiction : Dulcinée du Tobozo (pour son nom), Julie des stances à Sophie (le roman de Christiane Rochefort, pas la chanson paillarde, hein).
  • Mes compositeurs préférés : imaginons que cette question ridicule se cantonne aux compositeurs classiques dont le nom commence par B, et permettons-nous par ordre alphabétique Bach, Beethoven, Berlioz, Britten et Bruch. (Du classique, du contemporain, du baroque et du romantique, que demander de mieux ? Qui a dit du liturgique dans le fond ?)
  • Mes peintres favoris : Brueghel et Bosch (ah ben ouis on reste dans le B, c'est la journée internationale du B, tu savais pas ?).
  • Mes héros dans la vie réelle : mon papa (le meilleur c'est mon père), Michel Rocard et Pierre-Gilles de Gènes. (J'ai arrêté le B, du coup je me restreins aux vivants, haha.)
  • Mes héroïnes dans l'histoire : Hélène Boucher. Ah ben j'ai plus d'inspiration pour raconter des conneries, là, du coup, va falloir vous contenter de ça.
  • Mes noms favoris : Justine, Camille, Timothée et Simon. Et Cunégonde-Ernestine, aussi.
  • Ce que je déteste par-dessus tout : l'hypocrisie. Et le Coca-Cola.
  • Personnages historiques que je méprise le plus : en plus d'une rage viscérale et d'un dégoût profond, j'éprouve un mépris sans fond pour tous les êtres abjects qui se servent du pouvoir (qu'ils ont la plupart du temps usurpé) afin de servir leurs fins personnelles et leur goût pour le fric en piétinant joyeusement la vie de milliers (dizaines de milliers, centaines de milliers, ...) de gens qu'ils voient comme de pauvres marionnettes faibles et au service de leur bon vouloir. Et y en a un sacré paquet.
  • Le fait militaire que j'admire le plus : chuis pas une grande fanatique de faits militaires, en fait. Les faits militaires, ça sent mauvais du pli du genou, à part ceux qui mettent fin aux guerres, genre les libérations.
  • La réforme que j'estime le plus : l'abolition de l'esclavage, l'abolition de la peine de mort, l'abolition de l'apartheid, le droit de vote aux femmes, la légalisation de l'IVG.
  • Le don de la nature que je voudrais avoir : l'oreille absolue et la faculté de chanter juste. Enfin disons que c'est surtout mes voisins qui aimeraient que je l'ai.
  • Comment j'aimerais mourir : sans douleur, après une certaine forme d'accomplissement.
  • État présent de mon esprit : cotonneux (j'ai la crève).
  • Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence : celles faites patexprès avec dans l'idée de bien faire. Par contre, celles d'orthographe, non quoi, faut pas déconner.
  • Ma devise : One should always be a little improbable. Et Rome ne s'est pas faite en un jour.

Notes

[1] Avancement à la candidature. Une saleté d'examen théorique de plus que vous ne voulez pas savoir ce que c'est et moi non plus